Au delà de l'image.

20 mars 2009

D'outre tombe

Il pense à moi, parfois. De mon côté je panse.
Six ans que je n'avais pas entendu son prénom.
G.

Posté par Athymil à 21:29 - Commentaires [0] - Permalien [#]


06 septembre 2008

VI.IX.MMVIII

Ce soir je me sens seule, un peu comme un gant égaré sous un fin manteau de neige.
La fumée de ma cigarette, rideau semi opaque, fait illusion et me coupe du reste du monde.
Edith Piaf crie sa peine et me déchire un petit bout du coeur.
Mes yeux ne pleurent pas, non, ils évacuent.
Je pense à.

Posté par Athymil à 00:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 juin 2008

One year ago.

Il y a un an je ne pensais qu'à lui, aujourd'hui mes pensées restent inchangées.

Posté par Athymil à 20:22 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 avril 2008

Ainsi va la vie.

Je viens d'avoir XXII ans.
Elle a été embauchée.
Je commence mon stage lundi.
J'aime ces moments passés avec eux.
J'aime l'odeur des labos argentiques.
J'aime quand le rayon du soleil nous réveille simultanément.
J'aime quand doucement il vient se blottir contre moi.
J'aime quand il vient m'embrasser.
J'aime avoir des papillons dans le ventre quand il m'embrasse, même plus de neuf mois après le tout premier baiser.
J'aime son souffle dans mon cou qui innocemment me chatouille.
J'aime beaucoup de chose finalement.
Je suis h e u r e u s e.

Posté par Athymil à 21:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

28 mars 2008

/\

J'aime le nouveau toit de mon Tendre.
Encore et en corps.

Posté par Athymil à 22:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]


30 janvier 2008

Le temps est long.

J'ai le déséquilibre du corps, je tombe sans cesse. Dans les escaliers, cela m'aura apporté de superficielles blessures mais ces chutes là ne font pas le plus mal.
Je suis tombée il y a peu de temps, tombée de ma douceureuse bulle si délicate. Rectification, nous sommes tombés, nous ne le voulions pas spécialement mais nous avons dérapés et nos Corps se sont laissés aller dans le vide. Je vois encore le sien lourd, doucement s'écraser là sur ce même sol où quelques temps auparavant j'y avait laissé peau et sang.
Ses yeux me transpercent encore, sa pensée me procure une boule au ventre, je porte le poids de son absence.
Le dos courbé.
J'avance doucement, le Corps est lourd et les pas machinaux, je pourrais aller n'importe où mes chaussures sont programmées pour m'emmener du point A au point B. Je ne fait aucune mise au point, je suis floue.
Les heures passent et s'amusent de me voir ainsi, le temps est long, si court. J'attend patiemment la nuit qui me ramène aux pensées plus rationelles. Le jour je joue à celle qui n'est pas.
Doucement mon souffle diminue, le sien ne l'alimente plus. Le manque est mon affliction.
La complainte amoureuse ne me va pas, je suis une mauvaise promise.
Et pourtant.

Posté par Athymil à 21:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]

14 janvier 2008

Envenimée.

DSC01521daSon Être, un venin.
Ne pas vouloir d'antidote.

Posté par Athymil à 20:58 - Commentaires [0] - Permalien [#]

17 décembre 2007

Avec le vent.

Sans_titre_1Avec le vent tout s'en va, les bonnes résolutions, les "jamais plus" et voila que j'y suis empétrée, jusqu'au cou !
On dit qu'on ne s'y fera plus prendre et c'est nous même qui allons compter les crocs dans la gueule de ce fichu loup.

I am in.

Posté par Athymil à 20:24 - Commentaires [1] - Permalien [#]

22 octobre 2007

XXII.X.MMVII

Sans_titre_1Beaucoup de travail, les heures s'enchainent et ces formules de physique et autres s'impriment dans mon esprit.
Apprendre la théorie. Beaucoup.
Pratiquer. Un peu.
Respirer.
Reprendre son souffle grâce au sien.
Sourire. Bien plus.

Posté par Athymil à 22:44 - Commentaires [1] - Permalien [#]

21 août 2007

XXI.VIII.MMVII

Je laisse le passé s'écouler sur ses lèvres, je le regarde, ses yeux m'annoncent que je viens de briser quatre ans comme on froisse un papier jauni, mes yeux se noient doucement.

Quelle est cruelle la mélancolie d'un amour brisé.

Sous la pudeur du coeur se cache de jolies blessures.

Posté par Athymil à 23:05 - Commentaires [0] - Permalien [#]